Kologa

F.A.Q

Générales

Pourquoi “Kologa” ?

Le nom Kologa est construit à partir du mot “colocation” (en abrégé « coloc ») qui désigne une maison où habitent plusieurs personnes, et de “kolegia” qui signifie “collégial” en esperanto : “une assemblée de personnes égales”.

Qu’est-ce qu’une personne réfugiée ?

Une personne obtient le statut de « réfugié » si elle risque des persécutions dans son pays d’origine en raison d’un de ces 5 motifs : son appartenance communautaire ; sa religion ; sa nationalité ; son appartenance à un groupe social ; ses opinions politiques. Le statut de réfugié lui donne un droit de séjour valable 5 ans. Ensuite la situation de la personne est réévaluée. Une personne obtient le statut de « protection subsidiaire » si aucun des 5 motifs ne correspond à sa situation mais qu’il y a des raisons de croire que la personne court un risque réel en retournant dans son pays d’origine. Le statut de protection subsidiaire donne un droit de séjour provisoire d’un an. Toute personne qui fuit une situation dans son pays peut demander un de ses deux statuts en Belgique. Elle est alors « demandeur d’asile » . Elle est prise en charge par l’Etat le temps qu’il réponde à sa demande.

Qu’est-ce qu’une colocation ?

La colocation est le fait de louer un logement à plusieurs et de le partager. Le terme “coloc” peut désigner la maison ou les colocataires qui l’habitent.

Qui finance le projet ?

À ce stade, le projet ne bénéficie d’aucune source de financement extérieur.

Quelle est la zone géographique du projet ?

À ce jour, Kologa veut couvrir l’ensemble de la Région Bruxelloise, c’est-à-dire les 19 communes de Bruxelles.

Coloc

Qui va payer le loyer ?

Tout comme chaque membre de la colocation, la personne réfugiée paie elle-même sa part du loyer.

Cela a-t-il un impact sur le contrat de bail/avec le propriétaire ?

Pas plus que n’importe quel autre colocataire qui rejoindrait ta colocation en cours de bail.

Je n’ai pas de place actuellement dans ma colocation. Que puis-je faire ?

Prends déjà contact avec nous et partage-nous ton intérêt via notre formulaire de participation. Tu pourras alors participer à nos activités pour en savoir plus sur notre projet et tu pourras nous faire signe dès qu’une place se libère. En attendant, tu peux également participer au succès de Kologa en soutenant notre page facebook, en partageant notre contact sur les annonces de colocation que tu vois et en parlant de nous autour de toi.

Que faire si mon logement est hors critère ?

Si le logement proposé n’est pas une colocation (au moins deux personnes sans compter la personne à venir) de la Région Bruxelloise mais que tu souhaites quand même soutenir le projet, nous t’invitons à nous contacter ; il existe d’autres manières de nous soutenir dans le développement de notre association, notamment en participant à nos diverses activités et en parlant de nous autour de toi. Il est également possible de nous soutenir financièrement pour les personnes qui le désirent.

Et si ça se passe mal ?

Le processus de matching et les ateliers d’intelligence collective ont pour but d’instaurer un cadre qui permet de prévenir les problèmes à l’avance. Si malgré ça la cohabitation génère des problèmes, Kologa reste disponible pour servir de tiers dans un éventuel conflit et aider à trouver une solution. Plus tôt nous sommes informés des tensions, mieux nous pourrons vous aider à trouver une solution. Si aucune solution ne peut être trouvée, les participants peuvent toujours décider ensemble de terminer la cohabitation. 

Combien ça coûte?

Le service est entièrement gratuit. Les frais liés à l’installation restent cependant à charge de la personne qui emménage.

Combien de temps ça dure?

Aucune limite de temps n’est fixée, cela dure aussi longtemps que les participants le désirent.

Peut-on choisir notre colocataire?

Kologa se charge de trouver un colocataire qui convienne au mieux aux caractères et au mode de vie de la colocation. La colocation ne peut donc pas choisir, mais elle peut toujours refuser la proposition après la première rencontre. Dans la mesure du possible, Kologa proposera alors une autre personne.

Quel temps et investissement cela demande-t-il de participer au projet ?

La participation au projet ne demande pas d’investissement particulièrement plus élevé que pour un autre colocataire. L’idée est de favoriser les échanges et l’apprentissage de chacun  au travers de la vie en commun. S’il peut arriver que la personne réfugiée souhaite bénéficier de l’expérience et des conseils pratiques de la colocation, cet échange ne demande pas un investissement particulièrement important à chacun puisqu’il est réparti entre chaque membre de la colocation. Les autres membres de la colocation bénéficieront par ailleurs eux aussi des connaissances et de l’expérience de leur nouveau colocataire dans d’autres domaines.

Y a t-il un âge maximum?

Il n’y a pas d’âge maximum pour participer au projet. Kologa, dans ses critères de matching, veillera néanmoins à proposer des rencontres entre personnes réfugiées et colocations ayant les mêmes envies, besoins et centres d’intérêt pour que les caractères et manières de vivre s’accordent au mieux.

Réfugié

Quel statut dois-je avoir pour participer ?

Pour participer, le nouvel arrivant doit disposer d’un droit de séjour en Belgique, donc un statut de réfugié ou la protection subsidiaire.

Qui va payer le loyer ?

Tout comme chaque membre de la colocation, la personne réfugiée paie elle-même sa part du loyer.

Combien ça coûte?

Le service est entièrement gratuit. Les frais liés à l’installation restent cependant à charge de la personne qui emménage.

Combien de temps ça dure ?

Aucune limite de temps n’est fixée, cela dure aussi longtemps que les participants le désirent.

Est-ce que j’ai droit au chômage ou au revenu d’intégration sociale du CPAS en tant que membre d’une colocation ?

Oui. Le droit au revenu d’intégration sociale (RIS) ou le droit au chômage est maintenu même en colocation. Par contre, les taux sont plus élevés lorsque l’on habite seul (taux isolé) que lorsqu’on cohabite avec d’autres personnes avec qui on partage un budget commun (taux cohabitant). C’est le CPAS (pour le RIS) ou l’ONEM (pour le chômage) qui décide si une personne en colocation reçoit le taux isolé ou le taux cohabitant. Cela dépend d’une situation à l’autre. Le revenu d’intégration sociale s’élève actuellement à 595,13€/mois pour une personne cohabitante et à 892,70€/mois pour une personne isolée (sans personne à charge). Le montant des allocations de chômage dépend de plusieurs critères, mais là encore, les taux isolé sont supérieurs aux taux cohabitant. Les montants sont détaillés sur le site de l’ONEM.

Peut-on choisir sa coloc ?

Kologa se charge de trouver une colocation qui convienne au mieux aux besoins et aux envies de la personne. La personne ne peut pas choisir, mais elle peut toujours refuser la proposition. Dans la mesure du possible, Kologa proposera alors une autre colocation.

Y a-t-il un âge maximum ?

Il n’y a pas de limite supérieure d’âge, mais l’âge peut être un critère pour le matching entre une personne réfugiée et une colocation.

Combien de temps ça prend ?

Une fois l’inscription enregistrée, une première rencontre est organisée entre Kologa et la personne réfugiée. Il faut ensuite trouver une colocation qui convienne, et organiser ensuite une rencontre entre le nouvel arrivant et une personne de la colocation. La personne est alors invitée à aller voir la colocation et rencontrer les colocs. Si tout le monde est d’accord, le nouveau coloc emménage dès que la chambre est libre. L’ensemble du processus prend minimum une semaine, mais peut durer plus longtemps en fonction des disponibilités de chacun et du matching.

Et si ça se passe mal ?

Le processus de matching et les ateliers d’intelligence collective ont pour but d’instaurer un cadre qui permet de prévenir les problèmes à l’avance. Si malgré ça la cohabitation génère des problèmes, Kologa reste disponible pour servir de tiers dans un éventuel conflit et aider à trouver une solution. Si aucune solution ne peut être trouvée, les participants peuvent toujours décider ensemble de terminer la cohabitation. Plus tôt nous sommes informés des tensions, mieux nous pourrons vous aider à trouver une solution.